Sainte-Rose-de-Watford

Dans les années 1870, Anglo-Saxons et Irlandais contribuent à la colonisation du territoire. Ils furent suivis de pionniers en provenance de Saint-Joseph, de Sainte-Claire, de Sainte-Hénédine, de Beauceville et de Saint-Gervais.

Dans l’historique du site web municipal on désigne François Nadeau, natif de Saint-Joseph comme le premier fondateur qui s ‘y établi en 1870 avec son épouse et ses quatre enfants.

En 1876 Joseph-Louis Henri Lamontagne sera le premier à s’établir dans le rang de l’église, puis suivront les Turcotte, Bougie, Provençal, Provost et Nolin.

Puis d’autres pionniers originaires de Sainte-Claire, Sainte-Hénédine, Saint-Georges, Saint-Gervais, Saint- Joseph, Beauceville et de d’autres paroisses s’établiront: les Lessard, Dallaire, Auclair, Julien, Gagnon, Gilbert, Rancourt et Poliquin.

En 1880 la future paroisse compte 24 familles, 83 âmes.

Elle sera fondée en 1883 et érigée canoniquement en 1913 puis civilement en 1914.
1883 verra aussi l’établissement d’un bureau de poste.

La paroisse voit le jour en 1898.

Elle sera érigée canoniquement en 1913 et civilement en 1914. Elle couvre une partie des cantons de Watford, Ware et Langevin.

Son nom rappelle celui d’une bienfaitrice de la paroisse parente avec le cardinal Louis-Nazaire Bégin. La sainte patronne de cette dame était Rose-de-Lima, patronne du Nouveau-Monde et première sainte à être canonisée dans toutes les Amériques.

Originaire du Pérou, Rose originellement baptisé Isabelle choisi le service de Dieu à l’argent refusant un riche soupirant et elle soutiendra ses parents qui connurent des revers de fortune. Elle mourut à l’âge de 31ans.

Le canton de Watford prenait les origines de son nom d’une petite ville du Hertfordshire anglais, aujourd’hui au nord-ouest de Londres.

On érigera l’église actuelle en 1898 : le bois se la vieille chapelle servira à la construction de la sacristie.

Sainte-Rose connaîtra les années très difficiles de la « grande crise » en 1930 alors que la population est à son apogée (1303 personnes) on compte 300 chômeurs et les femmes sont exclues de ces statistiques… Aux demandes d’aides on ne répond que parcimonieusement.

En 1933, les conseillers demandent au gouvernement canadien de fermer les frontières à toutes les immigrations non chrétiennes et à toutes les immigrations d’où qu’elles viennent.

En 1969, la municipalité change son nom pour Sainte-Rose-de-Watford.

En 2016 Sainte-Rose-De-Watford comptait 729 personnes.

Bibliographie et sources

P. 655 Noms et lieux du Québec, Publications Québec
http://www.sainterosedewatford.qc.ca/indexFr.asp?numero=15
http://www.originis.ca/paroisse_sainte_rose_de_watford.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte-Rose-de-Watford

Nous joindre

Nous joindre

À venir

Événements