Saint-Magloire

Au nord de la MRC des Etchemins, Saint-Magloire a été implanté dans la partie est du Canton de Roux. La rivière Noire et la rivière aux Orignaux y coulent et son territoire abrite plusieurs petits lacs et un lac plus important le lac Saint-Laurent.

Avant sa colonisation ces lieux accueillirent entre autres des chasseurs hurons de la réserve de Laurette qui après avoir remonté de bassin de l’Etchemin jusqu’au pied du mont Bonnet empruntaient la rivière aux Orignaux puis atteignaient la rivière Daaquam et ultimement la rivière Saint-Jean en territoire traditionnellement Malécites ou Etchemins.

De 1852 à 1853 François Têtu originaire de Saint-Thomas-de-Montmagny arpenta le canton!

Son travail allait permettre le tracé du chemin Mailloux long de 24 km rejoignant Saint-Philémon à la frontière américaine.

La colonisation se lie originellement à l’initiative de l’abbé Narcisse Beaubien, curé de Saint-Raphaël, qui désirait remédier à l’exode des jeunes aux Etats-Unis en les incitant à s’établir sur ce territoire. Ceux-ci originaires de Saint-Charles, Saint-Lazare, Buckland et Saint-Gervais-et-Protals, constituent les pionniers de Saint-Magloire.

Les approches furent d’abord prudentes, on y vint au printemps pour le temps des sucres et on sema aussi du blé noir près d’un camp de bucherons. Puis au printemps 1860 , Louis Lacasse originaire de Saint-Charles quitte Saint-Lazare et vient s’établir en compagnie de Jean Lacasse, Norman Boulanger, François Boulanger, Eucher Boulanger, Narcisse Racine, Jean Racine, Laurent Couture, Édouard Samson, Étienne Santerre.

Ces premiers défricheurs se fixèrent à l’est du chemin Mailloux vers un petit lac…

Le rang du Lac actuel fut ainsi le point de départ de la colonisation.

Puis successivement les autres rangs apparaitront : le rang Saint-Charles, le rang du Lac, le rang saint-Cyrille, le rang de la Grand ‘Ligne, le rang Saint-Anselme, le rang Saint-Léon (par M. Léon Labbé) le rang Saint-Hilaire, le rang Saint-Armand. Le chemin Mailloux lui, traversait toute Saint-Magloire du nord au sud.
L’église sera érigée en 1875, elle connaitra un agrandissement dans les années 1900 et de grande rénovation en 1957.

De la mission desservie en 1863, Saint-Magloire sera érigée canoniquement en 1903, son nom se voulait un hommage à l’abbé Joseph-Magloire Rioux (1831-1908) curé de Buckland qui desservit la mission de 1863 à 1872. Sa désignation complète était alors Saint-Magloire de Roux. Le saint patron fut saint Magloire de Dol qui aurait été successivement évêque puis moine. Il aurait succédé à saint Samson sur le siège archiépiscopal de Dol en Bretagne et aurait vécu à la fin du VI IIème siècle.
Saint-Magloire portera le descriptif de Bellechasse en 1954.

Aujourd’hui, outre les activités reliées à la forêt et à l’agriculture, Saint-Magloire s’est enrichie d’une communauté d’artistes de très grande qualité : les activités culturelles de haut niveau y abondent.

D’autres dates importantes marquent l’histoire du village sur le plan administratif.

  • 1er janvier 1875 : Fondation de la municipalité des townships unis de Roux, Bellechasse et Daaquam.
  • 15 mai 1954 : La municipalité des townships unis de Roux, Bellechasse et Daaquam devient la municipalité de Saint-Magloire de Bellechasse.
  • 15 mars 1969 : La municipalité change de nom pour Saint-Magloire-de-Bellechasse.
  • 16 août 1997 : La municipalité change de nom pour Saint-Magloire.

Bibliographie et sources

P. 697 Noms et lieux du Québec, Publications Québec
https://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Magloire
http://www.saint-magloire.com/indexFr.asp?numero=15

FÊTE-DIEU À SAINT-MAGLOIRE (3 juin 2018)

Allez voir ce lien : http://www.pstekateri.ca/la-fete-dieu-a-saint-magloire-le-3-juin-2018/

Communiqué de la communauté chrétienne de Saint-Magloire

(Paroisse Sainte Kateri Tekakwitha)

 

Comme vous avez pu le constater, nos célébrations eucharistiques ont beaucoup diminuées à Saint-Magloire, notamment à cause du manque de prêtres.  Nous sommes néanmoins des chrétiennes et chrétiens et il est important de continuer à se rassembler le dimanche, Jour du Seigneur.  Rappelons-nous la promesse de Jésus, lorsque nous sommes rassemblés en son nom pour le louer et lui adresser nos prières, Il sera là au milieu de nous.

Nous comprenons que la communion au pain eucharistique est d’une grande importance dans nos vies, mais il ne faudrait pas négliger la puissance de la Parole de Dieu qui évangélise et soutient les fidèles rassemblés en son nom.

Depuis mars 2016, nous avons une équipe responsable qui prépare les célébrations dominicales de la Parole, afin que notre communauté chrétienne puisse continuer à se rassembler dans notre église.  Il y a plusieurs personnes qui acceptent généreusement de participer aux célébrations pour les rendre plus vivantes.  Nous nous rassemblons pour entendre la Parole de Dieu, réfléchir et prier ensemble, dans l’attente de pouvoir assister à une célébration Eucharistique, en mémorial de la mort et de la résurrection du Christ et de partager le sacrement de son corps et son sang.

Nous avons entendu de nombreux commentaires d’appréciation sur nos célébrations dominicales de la Parole et nous vous invitons à oser venir constater par vous-même et en tirer vos propres conclusions.  Sachez que nous demeurons ouverts aux suggestions constructives, en vue d’améliorer nos célébrations.   Notre prochaine célébration dominicale de la Parole sera célébrée à la sacristie, dimanche le 17 février à 10 heures, soyez les bienvenus.  Ensemble célébrons le Jour du Seigneur.

Vous êtes aussi invités à consulter le feuillet paroissial qui est mis à votre disposition aux deux épiceries, à l’église ainsi que sur le site internet de la paroisse Sainte Kateri Tekakwitha (pstekateri.ca) pour connaître les dates des célébrations Eucharistiques et les célébrations de la Parole.

 

L’équipe responsable de l’animation des

Célébrations dominicales de la Parole

.

Nous joindre

Nous joindre

À venir

Événements